PARTOUT ON TUE

P1030176

Maurice Carême, pour un texte qu’on ne fait pas apprendre aux enfants

PARTOUT ON TUE

A quoi servirait-il de fuir ?
Partout on tue, on incarcère.
Le monde est lassé à mourir
De tant de haines et de guerres.

Et l’on a beau scruter le ciel,
Chercher derrière les nuages
Une lueur providentielle,
Rien que la nuit, que les orages.

Et l’on a beau vouloir parler
A cœur franc de ce qui nous hante.
La crainte nous serre le ventre,
Et personne n’ose parler.

Et l’on a beau vouloir crier
Qu’on a les pieds, les mains liés.
Comme personne ici ne crie,
On se tait par humilité. 

DE PLUS LOIN QUE LA NUIT

 

P1030170.JPGP1030172.JPGP1030173.JPG

 

Pour en finir avec Banteay Chmar , un petit résumé des connaissances parcellaires accumulées:

Banteay Chhmar est le 4ème plus grand temple datant de l’époque d’Angkor après Preah Khan (à Kampong Svay), Angkor Thom et Angkor Wat est le plus grand temple. Il ya 9 temples satellites dans le cadre du complexe de temple.

Bien qu’il n’y ait pas de nom enregistré ou écrit pour le temple, les spécialistes estiment généralement que le nom Banteay Chhmar voulait probablement dire « La petite citadelle » ou « Etroite Forteresse » (un mot khmer éventuellement,  chhmarl ou chmarl dans le sens de petit, minuscule ou étroite ). A un certain moment, probablement grâce à la transformation par voie orale, le nom est devenu Chhmar (cat). Par conséquent, de nos jours, le temple est communément appelé le «Citadelle du Chat. »

Ce qui est connu, c’est qu’il a été commandé à la fin du 12e au début du 13e siècle par le roi Jayavarman VII. Un sanctuaire dans le temple montre l’image d’un prince héritier, sans doute Indravarman, et probablement un fils de Jayavarman VII. Une inscription Khmer trouvé sur le site raconte comment ce prince a été protégé à deux reprises par quatre serviteurs royaux, qui ont tous perdu la vie dans sa défense. L’inscription donne les noms de ces fonctionnaires et nous dit que leurs images respectives ont été une fois placés dans les quatre coins de ce sanctuaire.

This entry was posted in Architecture, Battambang, Cambodge.

8 Comments

  1. l'angevine 10 août 2013 at 19 h 07 min #

    intéressant détails

  2. In the mirror 10 août 2013 at 20 h 05 min #

    Très beau texte de Maurice Carême. Merci pour cette découverte !

  3. Francis J 10 août 2013 at 23 h 13 min #

    Superbe travail.
    « Et l’on a beau scruter le ciel »… eh oui.

  4. JMS* 11 août 2013 at 7 h 32 min #

    Tu es un vrai découvreur et un fieffé pédagogue.
    Le poème illustre bien l’air du temps nouveau qui ne change guère hélas de l’ancien.
    La première image mériterait d’être légèrement rétrécie.
    Ton petit diaporama est parfait !

    Aujourd’hui tu as fait fort, bravo pour ce travail.

  5. Cergie 12 août 2013 at 10 h 17 min #

    C’est toujours le même théâtre (« das ist immer dasselbe Theater ») l’Humanité n’apprend rien de l’Histoire et puis si on va voir (et revoir) l’expo permanente au musée du quai Branly on voit surtout que sur tous les continents et à toutes les époques la seule préoccupation c’est de manger, se reproduire et pour cela amadouer les dieux et faire la guerre et tuer pour acquérir le pouvoir

  6. noel 13 août 2013 at 7 h 33 min #

    tres joli reportage photo sur ces bas reliefs

  7. buntagphoto 14 août 2013 at 9 h 32 min #

    Beautiful and grand murals. Love the abstraction.

  8. Olivier 26 août 2013 at 16 h 33 min #

    Un bel article. De beaux textes illustrés. Magnifique travail.

Post a Comment

Your email is never published nor shared. Required fields are marked *

*
*

CAPTCHA antispam * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.