Category Archives: Architecture

PARTOUT ON TUE

P1030176

Maurice Carême, pour un texte qu’on ne fait pas apprendre aux enfants

PARTOUT ON TUE

A quoi servirait-il de fuir ?
Partout on tue, on incarcère.
Le monde est lassé à mourir
De tant de haines et de guerres.

Et l’on a beau scruter le ciel,
Chercher derrière les nuages
Une lueur providentielle,
Rien que la nuit, que les orages.

Et l’on a beau vouloir parler
A cœur franc de ce qui nous hante.
La crainte nous serre le ventre,
Et personne n’ose parler.

Et l’on a beau vouloir crier
Qu’on a les pieds, les mains liés.
Comme personne ici ne crie,
On se tait par humilité. 

DE PLUS LOIN QUE LA NUIT

 

P1030170.JPGP1030172.JPGP1030173.JPG

 

Pour en finir avec Banteay Chmar , un petit résumé des connaissances parcellaires accumulées:

Banteay Chhmar est le 4ème plus grand temple datant de l’époque d’Angkor après Preah Khan (à Kampong Svay), Angkor Thom et Angkor Wat est le plus grand temple. Il ya 9 temples satellites dans le cadre du complexe de temple.

Bien qu’il n’y ait pas de nom enregistré ou écrit pour le temple, les spécialistes estiment généralement que le nom Banteay Chhmar voulait probablement dire « La petite citadelle » ou « Etroite Forteresse » (un mot khmer éventuellement,  chhmarl ou chmarl dans le sens de petit, minuscule ou étroite ). A un certain moment, probablement grâce à la transformation par voie orale, le nom est devenu Chhmar (cat). Par conséquent, de nos jours, le temple est communément appelé le «Citadelle du Chat. »

Ce qui est connu, c’est qu’il a été commandé à la fin du 12e au début du 13e siècle par le roi Jayavarman VII. Un sanctuaire dans le temple montre l’image d’un prince héritier, sans doute Indravarman, et probablement un fils de Jayavarman VII. Une inscription Khmer trouvé sur le site raconte comment ce prince a été protégé à deux reprises par quatre serviteurs royaux, qui ont tous perdu la vie dans sa défense. L’inscription donne les noms de ces fonctionnaires et nous dit que leurs images respectives ont été une fois placés dans les quatre coins de ce sanctuaire.

Also posted in Battambang, Cambodge

Puzzle khmer

P1030169

 

P1030180.JPGP1030181.JPGP1030195.JPG

Also posted in Battambang, Cambodge

« La foule infinie des apsaras gambillantes » Claudel

P1030113

 « Les Apsaras, qu’elles sont jolies et souriantes sous leurs coiffures de déesses, avec pourtant toujours celte expression de sous-entendu et de mystère qui ne rassure pas… Très parées, ayant des bracelets, des colliers, des bandeaux de pierreries, de hautes tiares pointues ou des touffes de plumes, elles tiennent entre leurs doigts délicats, tantôt une fleur de lotus, tantôt d’énigmatiques emblèmes; toutes celles que l’on peut atteindre en passant ont été si souvent caressées, au cours des siècles, que leurs belles gorges nues luisent comme sous un vernis, et ce sont les femmes qui, pendant les pèlerinages, les touchent passionnément pour obtenir d’elles la grâce de devenir mères. »

Un pèlerin d’Angkor, Pierre Loti, 1911

P1030122.JPGP1030124.JPGP1030136.JPG

 

Also posted in Battambang, Cambodge

Avalokitésvara de Banteay Chmar

Avalokitésvara (ou Avalokiteshvara) est le plus populaire des Bodhisattvas, les « promis à l’éveil » du bouddhisme mahayana (ou « Grand Véhicule »). Son nom signifie « Seigneur de l’infinie compassion » ou « Seigneur qui regarde d’en haut », et il est le bodhisattva du temps présent. Avalokitésvara est considéré comme une émanation du grand bouddha Amitabha. Bien qu’il réside dans le paradis d’Amitabha, il évolue dans notre monde pour le salut des hommes et des animaux. On le représente généralement sous les traits d’un bel homme, doté de plusieurs têtes et bras.

P1030153

Selon une légende, le jour où Avalokitésvara ouvrit les yeux sur les souffrances du monde, sa tête explosa sous la douleur. Amitabha ramassa les morceaux et en fit neuf nouvelles têtes. Et en réponse au souhait d’Avalokitésvara d’aider toutes les créatures, il lui poussa mille bras. Au creux de chaque main se trouvait un oeil, et « De ses yeux émanèrent le soleil et la lune ; de son front, Mahesvara ; de ses épaules, Brahma et d’autres dieux, de son coeur, Narayanan ; de ses cuisses, Sarasvatî; de sa bouche, les vents, de ses pieds, la terre et de son ventre Varna. Avalokitésvara vient en aide à ceux qui l’invoquent. Il se rend en enfer pour apporter des boissons fraîches à ceux qui endurent la chaleur des damnés, et il prêche la loi bouddhiste aux êtres incarnés en insectes et en vers. On dit qu’il protège les hommes des catastrophes naturelles et qu’il bénit les enfants.

 

P1030155.JPGP1030156.JPGP1030157.JPGP1030161.JPG

«Au temple de Banteay Chmar, près de la frontière thaïlandaise, l’ampleur des dégradations depuis une douzaine d’années est exceptionnelle», raconte aussi Christophe Pottier, qui a effectué plusieurs missions sur ce site de 3 kilomètres carrés. Les têtes des divinités ont été les premières à disparaître, souvent en miettes sous les coups de burins. Et pour accéder aux blocs sculptés et les enlever directement, les pillards ont carrément démoli les superstructures.

Et c’est ainsi qu’en décembre 1998, le grand épigraphe Claude Jacques a pu retrouver et faire saisir chez un antiquaire de River City (une célèbre galerie marchande de Bangkok) un large fragment de pied droit portant une inscription inestimable, relative à la fondation du temple en hommage à l’un des fils de Jayavarman VII.  Quelques jours plus tard, une bétaillère était en outre interceptée près de la frontière par la police thaïlandaise, avec 117 blocs de grès sculptés enveloppés dans des toiles de jute à son bord. Le puzzle reconstitué révéla deux Avalokitesvara en provenance de Banteay Chmar – d’extraordinaires bhodisattvas de la compassion aux bras multiples -, qui furent restituées au Cambodge en mars 2000, aussitôt remontées, puis exposées au Musée national de Phnom Penh.

Mais le trafic continue. A Sisophon, la ville la plus proche du temple de Banteay Chmar, la gendarmerie a récupéré plus de 2 000 objets ces deux dernières années, la plupart provenant d’une nécropole pré-angkorienne mise au jour par des villageois. Vingt et un blocs de grès sculptés appartenant aux panneaux de bas-reliefs volés en 1998 ont aussi été retrouvés dans une cache, mais deux Avalokitesvara (sans doute exportées en Thaïlande) manquent toujours à l’appel.

Also posted in Battambang, Cambodge, Non classé

Test de connaissance

P1030193

Qui saura deviner dans quel temple camdodgien a été pris cette image superbe 😉 ?

Also posted in Battambang, Cambodge, Non classé

cathédrale de Phat Diem

P1020354

P1020346.JPGP1020359.JPGP1020366.JPGP1020373.JPG

 

La petite ville de Phat Diem se trouve à une trentaine de kilomètres au sud de Ninh Binh. Avec le district de Bui Chu, elle forme le centre du catholicisme au Nord du Vietnam, étant le siège du premier évêché du pays. Près de la moitié de la population de cette région reste catholique, malgré l’exode vers le Sud en 1954.

Elle a été construite en 1891 par un prêtre vietnamien, Pierre Tran Luc, plus connu sous le nom de Père Six.

La matière la plus utilisée pour la construction de la cathédrale est la pierre. Placée dans son temps, la Cathédrale de Phat Diem est une œuvre qui réunissait toutes les élites de la sculpture sur pierre. Celle-ci est en effet omniprésente. Elle forme les entrées courbées en arc, les hauts tours, et les sanctuaires. Elle constitue les piliers, les poutres, les mûrs et les balustrades. Elle s’est transformée de manière vivante en abricotier, en pin, en chrysanthème, en bambou, en dragon, en licorne, en tortue, en phénix. Elle vivifie de quelque manière les récits de la Bible, si bien conservés dans la Tradition chrétienne.

 

Also posted in Non classé, Vietnam